image

 

Après la recette française des Fougasses du Père Fourras (voir ici : CLIC !), voilà aujourd'hui sa version transalpine, qui est non seulement délicieuse, mais surtout, bien plus rapide à confectionner que son homologue hexagonale : moins de 2 heures, cuisson comprise ! Eh bien moi, je dis que décidemment, ils sont forts, ils sont très forts, ces italiens !!!

Le résultat est tout simplement bluffant : la foccacia est hyper-moelleuse, archi-parfumée, et conviendra tout aussi bien pour accompagner votre dîner (pour les amateurs, plutôt quand même un osso bucco ou des lasagnes qu'un plat de nems !) que pour agrémenter un apéro entre amis. Inutile de me demander comment la conserver, car chez moi, elle ne tient jamais jusqu'au lendemain (et je suis absolument certaine que ça sera le même topo chez vous !). 

Cette recette est très largement inspirée de celle de Valérie, du blog "C'est ma fournée" (que je remercie très chaleureusement !), qui l'a elle-même piquée à un cuisinier italien, que je remercie également (si j'étais pas déjà mariée, j'aurais sûrement tenté ma chance) (auprès de l'italien, hein, pas de Valérie !).

 

Ingrédients pour la pâte à focaccia :

- 500 g de farine T55 ou T45 (j'ai utilisé de la farine italienne "Manitoba" type 0)

- 12 g de levure boulangère fraîche (ou 5 g de déhydratée)

- 10 g de sel

- 20 g d'huile d'olive

- 300 ml d'eau minérale tiède, gazeuse (pour moi : de la Volvic gazéifiée à la Sodastream)

 

Ingrédients pour la garniture :

- 40 ml d'eau plate (minérale ou pas)

- 40 ml d'huile d'olive

- 3 pincées de fleur de sel

- quelques pousses de romarin si possible frais

- facultatif : garniture supplémentaire selon vos goûts : olives, tomates, anchois, poivrons....

 

Dans le bol du robot, mettre la levure détaillée en petits morceaux.

image

 

Ajouter un peu d'eau tiède (prélevée sur les 300 ml) et laisser fondre la levure (une minute environ).

image

 

Ajouter le reste de l'eau.

image

 

Ajouter la farine, puis les 10 g de sel et les 20 g d'huile d'olive.

image

 

Pétrir à la plus faible vitesse pendant 12 minutes : la pâte doit être très lisse et élastique, elle ne doit pas coller. Si elle vous paraît trop compacte, ajouter un peu d'eau, et si elle vous paraît trop collante, ajouter un peu de farine.

 

Graisser légèrement un saladier avec de l'huile d'olive et un papier absorbant.

image

 

Former une boule avec la pâte, et en huiler légèrement la surface en étalant l'huile avec les mains.

image

image

 

Déposer la boule de pâte dans le saladier, couvrir d'un linge, et laisser reposer 10 minutes dans le four en fonction étuve (j'allume le four à 40 degrés, puis je l'éteins et je place mon saladier dedans) ou dans une pièce chaude. La pâte va gonfler légèrement.

image

 

Récupérer délicatement la pâte et la déposer sur un papier cuisson préalablement huilé. Couvrir d'un linge, et laisser reposer à nouveau (toujours au "chaud") pendant 10 minutes. La pâte va encore gonfler légèrement.

image

image

 

Etaler la pâte tout doucement au rouleau ou avec la paume de vos mains, en conservant une forme bien ronde. Selon votre goût, vous pouvez étaler, comme moi, épais (1 centimètre environ) ou un peu plus fin. 

image

 

Couvrir d'un linge et laisser à nouveau reposer (toujours au "chaud") pendant 20 minutes.

image

 

Pendant ce temps, fouetter ensemble l'huile et l'eau de garniture, afin de créer une émulsion.

image

 

Préchauffer le four à 200°C chaleur tournante.

Enfoncer votre index profondément et à intervalles réguliers sur toute la surface de la focaccia (il faut aller jusqu'à toucher le fond !).

image

 

Répartir l'émulsion dans les trous, en les remplissant complètement (j'utilise une seringue mais ça marche aussi à la cuillère !).

image

image

 

Saupoudrer de fleur de sel et parsemer de la garniture éventuelle (tomates cerises jaunes et rouges sur la photo) et de romarin.

image

31956860_10204760177482256_6888062485383872512_n

Laisser à nouveau reposer pendant 20 minutes. Enfourner pour 20 minutes, en surveillant bien la fin de cuisson : la focaccia doit être à peine dorée.

 

Laisser tiédir sur une grille... avant de vous jeter dessus comme la misère sur le pauvre monde (ou comme la petite vérole sur le bas clergé, je suis pas mécontente de la placer, celle-là, je l'aime bien). Vous pouvez également la repasser un peu au four si elle a refroidi avant la dégustation !

image

31934257_10204760162561883_1418267728069787648_n

image

image

image 

Si ce blog vous plait, si les recettes vous font de l'oeil, si vous avez souri à la lecture des publications, alors je vous invite à  :

- vous abonner au blog ici : CLIC ! (vous recevrez ainsi un petit mail à chaque nouvelle recette !)

- poster un petit commentaire ci-dessous (case "poster un commentaire")

liker ma page Facebook (lien ci-contre, à droite aussi)

- le partager avec vos amis (si vous n'en avez pas, prenez un Curly)

Je vous en serai éternellement reconnaissante (bon, peut-être pas éternellement, mais ça me ferait quand même drôlement plaisir )

Merci !Merci !