Capture d’écran 2017-04-23 à 17

Capture d’écran 2017-04-23 à 17

 

Au XVIIème siècle régnait sur l'Inde du Nord le cinquième empereur de la dynastie des Moghols, Shah Jahan.

Son nom ne vous dit probablement pas grand chose, et pourtant, il est à l'origine d'une des sept "nouvelles" merveilles du Monde, un mausolée monumental tout en marbre blanc, décoré de jaspes, turquoises, malachites, saphirs (et autres pierres qui ont dû coûter les 7 bras et le 3ème oeil de Shiva), vous l'avez compris, il s'agit du fameux Taj Mahal.

Faut bien reconnaître que ça en jette, dans le genre pierre tombale.

Thumbnail-Decouvrir

 

On sait tous plus ou moins que Shah Jahan, ayant perdu son épouse adorée Mumtaz Mahal ("la lumière du palais", un nom un peu snob à mon avis), fit construire pour elle ce tombeau extraordinaire, dans lequel il fut lui-même enseveli à sa mort.

Ce qu'on ne sait pas forcément, c'est que Shah Jahan avait eu plusieurs épouses avant Mumtaz, et en a eu pléthore après elle, ce qui effrite carrément le côté ultra-romantique de l'histoire.

Et ce qu'on sait encore moins, c'est la raison pour laquelle il aimait tellement Mumtaz, au point de dépenser une fortune pour lui ériger une tombe dont elle n'avait très probablement que cure, vu son état. Vous vous le demandez aussi, pas vrai ? (si ce n'est pas le cas, zappez l'intro et passez directos à la recette).

Mumtaz, toute impératrice qu'elle était, faisait les meilleurs cheese-naans d'Agra, du Rajasthan, voire de l'Inde toute entière. En tous cas, c'est ceux que Shah préférait, d'où son affliction extrême quand Mumtaz rendit son dernier soupir, en emportant avec elle (dans sa jolie tombe, vous suivez ?) son précieux secret. Shah eu beau se remarier moultes fois, il ne retrouva jamais une épouse capable de reproduire les cheese-naans de Mumtaz. Du coup, hop-hop-hop, vazipa que je te contruis un mausolée pour elle, et bien entendu pour moi aussi, car tout indien sait qu'après la mort, la vie recommence (et forcément, les naans de Muntaz aussi). Une histoire de karma, toussa toussa.

Depuis des siècles, Shah Jahan se goinfre donc en louce-dé de super bons cheese-naans, tout ça finalement grâce au Taj Mahal. Ça valait le coup (coût). En même temps, quand c'est le contribuable qui paie, on est moins regardant sur les devis.

Ma recette n'est malheureusement pas celle de Mumtaz (je ne suis ni morte, ni enterrée au Taj Mahal). Je vous rassure, c'est quand même celle que mon époux (ni indien, ni empereur, mais drôlement chouette quand même) préfère.

 

Ingrédients (pour 6 grands cheese-naans) :

- 500 g de farine T45

- 180 ml d'eau tiède (20 secondes au micro-ondes)

- 1 yaourt grec (ou bulgare, bref ceux qui sont brassés et très fluides) de 125 g, à température ambiante

- 40 g d'huile de tournesol

- 10 g de sel

- 10 g de sucre

- 3 g de levure chimique

- 20 g de levure boulangère fraîche (ou 7 g de déshydratée)

- 18 triangles de "Vache qui Rit" (et uniquement celui-ci, avec les autres, ça ne marche pas)

- ail et coriandre frais (facultatif)

 

Dans le bol du robot, mettre la farine, et déposer aux 4 coins le sel, le sucre, la levure chimique et la levure boulangère émiettée.

IMG_1512

Faire un puits au centre, et y mettre l'eau, l'huile et le yaourt.

IMG_1513

 

Pétrir au crochet, à vitesse moyenne (la 4 sur mon Artisan), pendant 15 minutes. Vous devez obtenir une pâte lisse, élastique, qui tape contre les parois du bol.

 

Faire une boule avec la pâte et la déposer dans un grand saladier.

IMG_1515

 

Couvrir d'un linge, et laisser pousser à température ambiante environ 2 heures (la pâte va doubler, voire tripler de volume).

IMG_1530

 

Pendant ce temps, ouvrir les triangles de Vache qui Rit, les écraser dans un bol avec, si vous aimez, de l'ail frais écrasé (une gousse) et de la coriandre finement ciselée.

IMG_1529

 

Dégazer un peu la pâte (l'aplatir avec les mains pour retirer le gaz), la peser, et la diviser en 12 pâtons de même poids (pour moi 72 g).

Bouler les pâtons.

IMG_1533

 

Fleurer légèrement le plan de travail à la farine. Prendre un premier pâton, l'écraser avec la paume de la pain pour lui donner une forme de galette.

IMG_1535

 

Etaler la galette au rouleau pour l'affiner sur 2 à 3 mm.

IMG_1536

 

Répéter l'opération sur les 11 autres pâtons.

Etaler le mélange de cheese sur la moitié des galettes, en laissant une marge d'au moins 2 cm tout autour.

IMG_1537

 

Disposer au dessus une galette non garnie, en soudant fermement les bords avec les doigts.

IMG_1539

 

Passer un coup de rouleau délicatement au dessus, et plus fermement sur les bords, afin d'assurer la soudure.

IMG_1540

  

Laisser reposer une vingtaine de minutes sous un linge. A ce stade, si vous ne comptez pas manger tous les naans le jour-même, vous pouvez les emballer (j'utilise les boîtes à jambon qui ont pile-poile le bon format, mais le film alimentaire marche aussi) et les congeler. Il vous suffira de les sortir du congel' 30 à 45 minutes avant de les cuire comme indiqué ci-dessous.

Faire chauffer sans matière grasse une poêle à fond épais (ou une crépière). Une fois la poêle bien chaude, cuire les naans à couvert, l'un après l'autre, environ 3 ou 4 minutes sur chaque face.

IMG_1545

IMG_1546

 

Les naans vont gonfler et le fromage fondre doucement (c'est là que vous verrez si vos soudures tiennent !).

IMG_1547

 

Débarraser sur le plat de service et faire fondre à la surface une noisette de beurre.

Capture d’écran 2017-04-23 à 17

 

Maintenant, faites comme Shah Jahan, régalez-vous (je vous conseille de le faire de suite, sait-on jamais, si cette histoire de vie éternelle n'existait pas...).

Les naans se consomment chauds ou tièdes : si vous les faites cuire à l'avance, repassez-les rapidement à la poêle pour les réchauffer (vous pouvez aussi les emballer dans de l'alu et les passer au four, mais ils risquent de sécher un peu).

 

Capture d’écran 2017-04-23 à 17

  

Capture d’écran 2017-04-23 à 17

 

Si ce blog vous plait, si les recettes vous font de l'oeil, si vous avez souri à la lecture des publications, alors je vous invite à (QCM) :

- poster un petit commentaire ci-dessous (case "poster un commentaire")

- vous abonner au blog, afin d'être informé de chaque nouvelle recette (en haut à droite, sous la rubrique "newsletter")

liker ma page Facebook (lien ci-contre, à droite aussi)

- le partager avec vos amis (si vous n'en avez pas, prenez un Curly)

Je vous en serai éternellement reconnaissante (bon, peut-être pas éternellement, mais ça me ferait quand même drôlement plaisir )

Merci !Merci !