IMG_1627

 

Capture d’écran 2017-04-22 à 09

 

Capture d’écran 2017-04-22 à 09

 

Celles et ceux qui me suivent sur ce blog savent probablement que je viens du Suuuuuud (et que par tous les chemins, j'y reviens, etc, etc).

Mais quand mon amie de 20 ans, Cécile, sudiste elle aussi, mais bretonne d'adoption, colle sur son mur trombinoscopique (vous savez, hein, le bleu et blanc hyper addictif) la photo de cette pâtisserie emblématique de chez Larnicol, j'avoue que j'ai été super jalouse. Jalouse de ce petit machin roulé-feuilleté, luisant de beurre, légèrement caramélisé, qui semblait aussi crousti que fondant, franchement, j'étais à deux doigts de lécher l'écran (mais au boulot, ça fait mauvais genre).

Ni une, ni deux, le soir même, me voilà partie sur la blogosphère à la recherche de la recette des Kouignettes. En fait, ce sont des minis Kouin Amann, décomplexants et déculpabilisants de par leur taille (à condition quand même de ne pas lire la recette avant de les manger).

Il est possible de les réaliser selon ses goûts, j'ai choisi de les faire à la confiture d'abricot (vu qu'il m'en restait depuis l'Abri Côtier) et au citron (cf mon récent article à propos des Mrinckels). A vous de faire preuve d'imagination ! 

J'en profite pour vous conseiller vivement la visite du blog de Cécile, qui vous ravira par ses recettes d'inspiration celtique (mais pas que !), gourmandes à souhait, et expliquées pas-à-pas. C'est ici : Cakes et Biscuits. Vous m'en direz des nouvelles !

Pour en revenir aux Kouignettes, j'ai réalisé la détrempe (en fait, une sorte de pâte à pain) la veille. Il est recommandé dans la recette d'origine de la faire reposer au frigo pendant une heure seulement (tout ça pour vous dire que 12 heures, ça marche aussi).

 

Ingrédients pour 12 à 16 kouignettes (selon la grosseur) :

Détrempe : 

- 1 sachet de levure boulangère déshydratée 

- 150 ml d'eau tiède (50 ml + 100 ml) = 15 secondes au micro-ondes

- 260 g de farine

- 5 g de sel

 

Délayer la levure dans les 50 ml d'eau.

IMG_1516

 

Dans le bol du robot, mettre la farine et le sel et mélanger au fouet.

IMG_1517

 

Faire un puits et y mettre la levure diluée.

IMG_1518

 

Commencer à pétrir au crochet, et ajouter petit à petit les 100 ml d'eau tiède.

Poursuivre le pétrissage à vitesse moyenne pendant 15 minutes. Vous devez obtenir une pâte lourde et élastique.

Former une belle boule et la déposer dans un grand saladier.

IMG_1519

 

Couvrir d'un linge et laisser pousser à température ambiante environ 2 heures (la pâte va au moins doubler de volume).

IMG_1556

 

Plier une feuille de papier sulfurisé en un rectangle d'environ 22 cm sur 15 cm (à peu-près, hein, c'est pas une éval de géométrie).

IMG_1557

IMG_1558

 

Dégazer la pâte (pétrir pour retirer les bulles de gaz), et l'aplatir grossièrement avec la main pour lui donner une forme de galette.

IMG_1559

 

 Enfermer la galette dans le papier sulfurisé.

IMG_1560

  

Passer dessus le rouleau afin de remplir le rectangle avec la pâte.

IMG_1561

 

Filmer le tout, et réserver au frigo pour une heure (pour moi, toute la nuit).

IMG_1562

 

 

Tourage et garniture :

- la détrempe préparée précédemment, froide (donc à la sortie du frigo)

- 250 g de beurre demi-sel (ou doux pour les allergiques à la Bretonnie, mais ça serait super-dommage), froid également

- 250 g de sucre en poudre

- 100 g de confiture (pour moi, abricots)

- le zeste de 2 citrons (de Jean-Michel)

 

Aplatir le beurre en un rectangle à peine plus petit que la détrempe, en utilisant la technique du rectangle de papier sulfurisé.

IMG_1591

 

Fleurer légèrement le plan de travail, et étaler la détrempe dans sa longueur, sur une épaisseur d'environ 3 mm, afin d'obtenir un rectangle deux fois plus grand et légèrement plus large.

IMG_1593

 

Déposer la plaque de beurre sur le bas de la pâte.

IMG_1594 

Replier le haut et le bas vers le milieu afin d'emprisonner la plaque de beurre. Souder la pâte avec les doigts..

IMG_1595

  

Tourner le tout d'un quart de tour.

IMG_1596

 

Etaler à nouveau vers le haut et vers le bas, sur environ 3 mm d'épaisseur, en un long rectangle (la largeur du rectangle de la photo précédente va donc devenir sa longueur, vous suivez ?).

IMG_1597

 

Plier le tiers supérieur sur le tiers central.

IMG_1598

 

Puis, plier le dernier tiers par dessus les 2 autres.

IMG_1599

 

Filmer la pâte et réserver au frigo pendant 20 minutes.

Défilmer et disposer la pâte pliure à gauche.

IMG_1600

 

Fleurer légèrement le plan de travail, et étaler à nouveau la pâte vers le haut et le bas, sur 3 mm environ, en un long rectangle (enfin, en gros, hein, c'est toujours pas une éval de géométrie).

IMG_1601

 

Procéder comme précédemment pour plier la pâte sur 3 épaisseurs.

IMG_1602

 

Plier le rectangle sur lui-même dans sa largeur, afin d'obtenir 6 épaisseurs.

IMG_1603

IMG_1604

 

Filmer le tout et réserver au frigo 20 minutes.

Défilmer et positionner la pâte comme précédemment, pliure à gauche.

Fleurer cette fois le plan de travail au SUCRE (en prélevant environ 30 g sur les 250 g).

Etaler plus finement (2 mm) la pâte (toujours en un long rectangle) et saupoudrer la surface avec environ les 2/3 du sucre restant.

IMG_1606

 

Plier à nouveau le tiers supérieur sur le tiers central.

IMG_1608

 

Puis, plier le tiers inférieur sur les 2 autres, et saupoudrer par dessus le sucre restant.

IMG_1609

 

On y est presque ! Vous pouvez (enfin !) préchauffer le four 180° chaleur tournante.

Etaler une dernière fois la pâte en un rectangle d'environ 40 cm sur 30 cm.

IMG_1610

 

Parsemer la moitié inférieure du rectangle de zestes de citron, passer un coup de rouleau, et étaler par dessus une couche de confiture.

IMG_1612

 

Rouler la pâte en boudin serré, dans sa longueur, et couper des tronçons de 3 à 5 cm selon l'appétit des convives (vous pourrez faire de 12 à 16 tronçons).

IMG_1613

 

Placer les tronçons dans des moules à muffins (j'ai pris des moules en silicone que j'ai installé dans un grand moule à empreinte, c'est plus facile à manipuler).

IMG_1614

  

Enfourner pour environ 35 minutes, jusqu'à ce que les kouignettes soient bien dorées.

IMG_1615

  

Démouler à chaud, et déguster les kouignettes tièdes ou froides.

Au delà de l'évident attentat calorique qu'elles représentent, les kouignettes tiennent leurs promesses : croustillantes d'abord, moelleuses ensuite puis fondantes sur la langue, l'acidité de l'abricot et du citron s'équilibre bien avec la saveur sucrée,  la rondeur du beurre et la pointe de sel.

Qui n'en veut ?

 

IMG_1616

 

IMG_1623

 

IMG_1627

 

IMG_1633

 

Vous cherchez un idée de plat salé ? C'est ici : clic ! 

Si ce blog vous plait, si les recettes vous font de l'oeil, si vous avez souri à la lecture des publications, alors je vous invite à :

 - vous abonner au blog ici : clic ! , afin d'être informé de chaque nouvelle recette (ou rubrique "s'abonner à la newsletter")

 - poster un petit commentaire ci-dessous (case "poster un commentaire"), je ne manquerai pas de vous répondre !

 - liker ma page Facebook ici : clic !

 - me suivre sur Instagram : clic !

 - partager ce blog avec vos amis (si vous n'en avez pas, prenez un Curly)

Je vous en serai éternellement reconnaissante (bon, peut-être pas éternellement, mais ça me ferait quand même drôlement plaisir )

 

Merci !Merci !